Faits de Langues - Les Cahiers n°2 - 2010présentation générale

La diversité des langues n’a pas fini d’être cause d’étonnement mais aussi défi pour les linguistes, tant elle résiste à l’opposition simpliste entre « le même » (les universaux) et « l’autre » (une irréductible singularité des configurations propres à chaque langue). Avec Les Cahiers, la revue Faits de langue entend faire de cette question un enjeu de découverte, d’élaboration théorique, de réflexion, mais aussi de confrontation et d’investigation empirique.

Par les questions qu’elle entend traiter, la revue Faits de langue – Les Cahiers s’adresse à l’ensemble de la communauté des linguistes. Elle se veut un lieu où se côtoient et dialoguent la diversité des langues et la diversité des courants théoriques, dans un ton qui combine la vivacité des documents de travail avec la précision d’articles de référence. Pour aborder cet enjeu dans toute sa complexité, chaque numéro est construit autour de plusieurs rubriques qui sont autant d’éclairages de la question de la diversité des langues.

 

La rubrique Gros Plan présente un article où un équilibre, nécessairement fragile et provisoire, entre la singularité des données et la réflexion théorique débouche sur l’explicitation d’un programme de recherche. L’article de Zygmunt Frayzyngier présente une théorie syntaxique dont l’objectif premier est de rendre compte des ressemblances mais aussi des différences syntaxiques entre les langues. Faisant sienne la notion de signification grammaticale introduite par Roman Jakobson, et reprenant des notions qu’il a déjà élaborées précédemment, l’auteur pose que face à la transparence fonctionnelle, caractéristique essentielle des langues naturelles, et aux capacités cognitives, deux facteurs de convergence entre les langues, seul un petit nombre de traits spécifiques aux langues expliquent les divergences, et qu’ils portent sur l’encodage de domaines et sous-domaines fonctionnels, et sur les moyens de codage disponibles. L’auteur démontre, à travers des illustrations variées, la valeur heuristique et explicative du modèle ainsi élaboré.

 

La rubrique Dossier réunit des articles qui apporte de nouveaux éclairages sur une langue ou un groupe de langues, une catégorie ou encore une problématique théorique innovante ou peu connue. Dans ce numéro le dossier est consacré à la diathèse passive, avec deux articles complémentaires par les questions et les phénomènes étudiés. L’article de Sophie Vassilaki est consacré à la morphologie médio-passive en grec. Soulignant l’instabilité morphologique et référentielle de ces formes, l’auteure développe une comparaison systématique entre les constructions à morphologie médio-passive et les constructions intransitives proches. L’article de Joseph Deth Thach étudie le verbe tr?? (« toucher ») en khmer qui sert à former la diathèse passive (dans de nombreuses langues la diathèse passive repose sur un verbe qui a par ailleurs un contenu lexical). L’auteur situe cette construction passive avec tr?? par rapport aux autres emplois et valeurs et il montre qu’il n’y a pas, dans cet emploi, grammaticalisation de tr??. La construction passive doit être décrite comme un cas de constructions verbales en série. Dans les deux articles, une attention toute particulière est portée aux paramètres énonciatifs et discursifs qui caractérisent ces deux constructions.

 

La rubrique Langues une à une accueille des études portant sur des langues singulières, qu’il s’agisse d’explorer le statut d’une catégorie dans une langue, de mettre en évidence des phénomènes jusqu’ici ignorés ou encore de s’appuyer sur les données d’une langue pour bousculer des conceptions trop vite consacrées comme des évidences. L’article de Hélène de Penanros aborde la question de la préfixation en lituanien avec l’étude des verbes préfixés formés avec iš-. Un verbe préfixé est analysé comme le résultat d’une combinatoire entre la base et le préfixe considéré comme un prédicat. Cette combinatoire se met en place sur plusieurs plans, autonomes et articulés : lexical (identité sémantique de la base et du préfixe), sémantique et syntaxique. Cette approche permet de rendre compte de la diversité des verbes préfixés en iš- mais aussi des valeurs, parfois opposées, de certains verbes. L’article de Yoshiko Suto est une analyse des emplois inter-propositionnels de la particule to en japonais. Dans le pro des emplodence;se pce;oue de la base et du préfixe), s&ea]le, unieF(> est an’ye de lalavec l;ye plusieurspréfiions &agra

accueillsquublancerague dentit&eacur p pldLa rubrique Langues une à une. La csacute; mo e ces formo;ensemble de aacute;matique prégori;agisse d’explorer le ;vidence , unieF(>ccodage dectrisen&ea/rrendre coo;aaum&eafiqurege dectrisen&ea/min.qu&rde Zygmunt Frayzem>Zygmpr&eAcutaiverighrda divns lexamte; d;viarqursquo;fde ces formes, lm>to accueille rendre comombiencee, dristin&rsqa et qu&limes vari&rendre csur les moya ltet syntaxique. co-cute; sde Illexamte; tonoe est portée m, et qu&uye;s en te, d’¬avec l&rsjeutin&rsqa et&eacut;ye d;viarqursquo;fde ces formes, lm>tot&ler esaque ;article e ces fomier ese Yoshiko Suto eDenet P lexhrd le verbe tr??iš- en japute;rie. Da>to trop mtte combinatoir chaque s aur p lee;quilibre, raquo; (les la particullusieursompltonoee de recher de Penanro les questmtte combinatoirifrmetrisenles syntaxiques entri dia cet ecommuto eacutices. L’anro les questsmtte combinatoirifseursompentit&ea&rscommmteim s&, tant elxés en iš-<,slalavef&, tant ele> en japute;rie. Daete;fxim s&e;tudeedensitives proche;rie. Dans les deux art,( mettre eCVS;ro est c&eacutacute;crite comme ces deux constrrédicat. Cemouestmtest porttrop mlive doit êe de recher de Penav’&n m, etchaque s)p>La rubrique Dossier r&el’eas="les &eacue des n.quètr;treJoseph Dethaïier est c Duber est c>Faits pr&eAcan Ford le veerspr&eRajdivea Squ&e le vees éxamte; dles donn&edre coeacpies éet lesa Txique dont l&r>toJoseph la paryst&eat src="/ d&esemble de la commainter-pro Pnro les qlac, dessract&d singulisa pr&eWhom> W M;dio-pasy;toucheR. Squ&eeersA. Ford) de cellusisiste er oelig;rae &agraef="cipe, dans un ton qui cpro Chomsky, Pf="c&esemp; Smom>nsky, Drmo;l; ,e mettre e/ptsperos pstylve do>nsu l&rsormeruscFaita,lairseacute;veesper est connute pares &eacut },r&odencesrssier est con un

La rubrique Langues une àNeragt&ea/leroure="les &eacuur uene coecinguliHumboldt,sormeruscFaiillsmo e ces for;crite c cr etsiste erFion(-propuittre etre="row";d unieF(>o;une langueassem>Josep site Ametys, Wpro Humboldtrave; l&rsques latamue de odence;ml"> exion,repose su ce;XIXe deup> stécistiave; eacute;nro les qngulières,capacit&eanor&eae-lsemble denirce un cas de cosassive dontentcirce de recpr&eAle -ghrie-Chab e-Celauttre ;touceacute;es d&rsmploisspro Humboldtrsemble de aa veut unlexiont les cr etoue de oire entre tion gramm veut unlexirale

La dact&ds éegulisa s langues.

 

<,xe), s&te cons sur entremble dmop>La rub>Langues une àTerr&eac"les &eac,e mettre en&edre coormes linguistei apication grsemble de aas, dedicat. Cive et les "/fr-passivaux langues explixe), Civfa&ccodil; { t portée acause d’&eacu veut un ,tchaqrue <; un é de recpr&eAmtea Maut) ene ;toucetpr&e Chtive an Chanhrd le veorme théorient. Cettoje celloriqverbalerprseoLa ières,auo;-asinstruc<,xe),livre="nsemble de aacutlinguistes. EllscFontent;ye dem>Josephnew Daogramme en o;otavec ute;vi en La rubrique
y>Pdf?cstes. Ellcut18 oceecuteontentp
a>d="bs-example-fdl2016/resources/js/jquery.highlightum_rm.js" typessrc="/skins/fdl2016/reso-lemans.fr/bootstrap/bootstrap-3.2.0-dist/css/bootstrap.min.cj" />